tirelire cochon contenant argent

L’argent rend-il heureux?

Peut-on réellement se sentir bien dans sa vie en limitant notre consommation? Est-il possible de se faire plaisir et de ne pas voir ça comme une privation? Oui totalement. Parce que contrairement à ce que l’on essaye de nous faire croire, l’argent ne nous rend pas directement heureux. Et par extension, la surconsommation non plus. 

Quel lien entre argent et bonheur?

A première vue, gagner au loto pour pouvoir vivre une vie de rêve en attire plus d’un. Car depuis notre enfance, on nous répète que nous pouvons presque tout faire avec l’argent. Ou plutôt qu’on ne peut rien faire sans argent. Spécialement dans la société de consommation dans laquelle nous vivons aujourd’hui.

Seulement voilà, nous sommes de nature des éternels insatisfaits, qui se laissent emporter dans un cycle de désirs perpétuels et sans limites. Ainsi, celui dont le bonheur repose exclusivement sur la possession et la consommation excessive ne sera jamais heureux à long terme. Il ne connaîtra qu’un bonheur éphémère, qu’il cherchera à reproduire et provoquer encore et encore pour le plus grand bonheur des marques, marketeurs et distributeurs. Voulez-vous réellement laisser votre vie être guidée par vos désirs d’achats impulsifs?

Cependant, l’argent peut favoriser certains leviers qui eux nous rendent heureux. Et notamment la liberté. La liberté de se faire plaisir, d’aller et venir, d’être autonome, d’être indépendant. Mais aussi la liberté de voyager, de faire plaisir aux autres. Au final l’argent est un déclencheur. Et le lien entre argent et bonheur n’existe que en deçà d’un certain seuil. Ce qui signifie que pour un mode de vie confortable, gagner plus d’argent de permet pas d’atteindre un plus grand bonheur.

Et la surconsommation dans tout ça?

Comme évoqué précédemment, surconsommer c’est acquérir des choses dont on n’a pas le besoin, et qui sont généralement le fruit d’un achat impulsif. Ça ne peut donc constituer un bonheur durable et pérenne. En effet nos besoins primaires sont depuis bien longtemps assouvis, dans les pays développés du moins. Ainsi nous nous prenons régulièrement des injections de bonheur lorsque nos achats comblent des besoins… qui n’existaient pourtant pas quelques jours avant. Par exemple, un besoin créé par une nouvelle fonctionnalité d’un nouveau produit qu’on a envie de posséder. Et le semblant de bonheur qu’on en retire est au moment de l’achat tout simplement.

Au final il vaut mieux investir dans des « expériences de vie » qui nous offrent un bonheur réel et durable. Et se contenter de consommer de manière raisonnée, puisque ça ne nous rend pas spécialement plus heureux.