Consommer moins en faisant ses courses

Consommer moins: De l’idéologie à l’opérationnel

Consommer moins pour vivre mieux peut paraître être une locution quelque peu prétentieuse. Mais en réalité, avant même de consommer moins, nous devrions consommer mieux. C’est-à-dire adopter des pratiques et habitudes quotidiennes plus vertueuse et respectueuse de nous-même, dans un premier temps, mais également des autres et de l’environnement. Dans un monde ou la consommation à outrance est plébiscitée, ne serait-il pas, bien que difficile au premier abord, intéressant de repenser notre manière de vivre ?

Repenser notre processus d’achat:

Il y a plusieurs types d’achats. Ceux qui sont indispensables, dont on ne peut se passer puisque répondant à un besoin, ceux qui sont utiles mais pas nécessairement indispensables, et enfin les achats impulsifs qui ne sont ni utiles ni indispensables. Et si le deuxième type d’achat peut effectivement être optimisé, c’est sur le troisième que vos efforts doivent dans un premier temps se concentrer. Pour savoir si vous faites le bon choix, voici ce que vous devez vous demander avant de commettre l’irréparable:

  • Cet achat répond-il à un besoin chez moi? Si oui, puis-je déterminer précisément ce besoin?
  • En ai-je envie immédiatement, ou est-ce un achat auquel je réfléchis depuis longtemps?
  • Ai-je déjà chez moi un objet semblable avec les même fonctionnalités?
  • Quelle est l’origine de ce produit? Qui a travaillé à sa conception? D’où les matériaux proviennent-ils? Dans quelles conditions cet objet a-t-il été réalisé?
  • A quoi cet objet va-t-il m’être utile dans mon quotidien,concrètement.

C’est ce que Marie Lefebvre, du CNRS et contre la surconsommation, appelle « la méthode B.I.S.O.U »: Besoin, immédiat, semblable, origine, utilité.

Prendre l’habitude de cette démarche de réflexion vous permettra de recentrer vos besoins, diminuer votre impulsion, et en moindre mesure de faire des économies. N’oubliez pas cependant de vous faire plaisir. Comme pour un régime, la privation gratuite ne fonctionnera pas longtemps.

Emprunter plutôt qu’acheter:

L’une des bonnes manières de consommer réside dans le concept de la consommation collaborative. En pleine explosion, cette pratique repose sur la prédominance de l’utilité sur la propriété. Vous pourrez trouver nombre de services qui fonctionnent de cette manière: location véhicules, vélo, outils etc.

Et on comprend pourquoi. En effet, si vous utilisez certain élément quotidiennement voire plusieurs fois par jour, avoir cet élément à votre entière disposition est indispensable. En revanche pour des utilisations occasionnelles, et parfois uniques, la question suivante se pose: est-ce vraiment intelligent d’acheter un objet pour une unique utilisation, avant de le mettre au garage pour le restant de votre vie. La réponse est bien évidemment non. Mais à moins de connaître précisément quelqu’un parmi vos proches qui pourrait vous dépanner à une date précise… vous n’avez pas d’autre choix. Ou si, et c’est là que rentre en jeu l’emprunt entre particuliers/voisins.

Vous pourrez trouver notamment votre bonheur sur l’un de ces sites, que vous ayez besoin d’un appareil ménager,d’un livre, de matériel audio et vidéo:

  • mutum : qui dispose aujourd’hui de près de 75995 inscrits
  • my troc : qui compte 29 492 utilisateurs, mais offre une interface plus complète.

Alors, prêts à offrir une deuxième vie à des produits encore tout à fait opérationnels?

Consommer moins, est-ce à la portée de tous?

Chacun à son échelle peut effectivement agir. Et si un certain nombre d’individus agissent et adoptent des comportement respectueux, alors la masse deviendra automatiquement respectueuse. Chaque individu, groupe, se doit de promouvoir de tels comportements pour le bien commun. Notre planète est aujourd’hui en péril, nos valeurs se perdent derrière nos modes de vie de consommation à outrance. Il ne tient qu’à nous de rétablir un équilibre, et certaines vérités.